Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 12:02

-parce qu'avec un peu de chance, il y aura eu un beau film du dimanche soir ! Je me serai endormie avec des larmes au coin des yeux mais tellement  contente de savoir que ce sont des larmes pour de mine , pas parce que je suis triste pour de vrai!

J'ai donc regardé hier soir ' L'Etrange histoire de Benjamin Button. Comme j'ai aimé! J'avais lu la nouvelle de Fizgerald et pour une fois, j'ai trouvé le film vraiment mieux. Le concept de naître vieux et de rajeunir au fil des années pour se retrouver Bébé est un truc de fou mais pas si insensé que cela car on naît avec des couches et on meurt aussi avec...L'important c'est ce qu'on fait entre les 2, peu importe le sens!

-parce qu'il y a un mec  ce n'est pas le mien qui me touche et veut me faire du bien en m'écrasant les côtes au passage ...je lui dis merci  je suis polie, c'est mon kiné!

-parce que je crois encore le lundi que je vais passer une belle semaine... 

 

Et là , tout de suite , je vais lire le Petit Eloge des séries télé de Martin Winckler que ma fille aînée m'a offert .  

Quelques-uns des droits du sériephile (en hommage à Daniel Pennac dans Comme un roman ) :
Le droit de regarder des séries de toutes natures (et pas seulement celles que « les intellectuels » ou les « spécialistes » trouvent réussies).
Le droit de regarder une série quand on veut, comme on veut, où l'on veut et à l’abri de toute censure.
Le droit de regarder sans être jugé ou méprisé.
Le droit de démarrer une série au quart de tour et puis de décrocher ; le droit de prendre une série en route après avoir longtemps reculé ou hésité.
Le droit d'aimer (ou de détester) sans devoir se justifier.
Écrites, tournées et diffusées en léger différé avec leur époque, les séries télévisées, tout comme le théâtre, la littérature, le cinéma et la bande dessinée, portent un regard sur le monde, encore plus contemporain, encore plus incisif : les meilleures séries sont des témoins stimulants de l’état du monde. Elles sont souvent audacieuses dans leur construction et leur propos volontiers impertinent, acide. Dans des séries anciennes, on peut ainsi se rappeler le badinage sexuel d’Emma Peel et John
Steed dans Chapeau Melon et bottes de cuir ; la révolte métaphysique du n°6 face au lavage de cerveau politique dans Le Prisonnier ; les jeux subliminaux autour de l’imagerie gay des Mystères de l’Ouest ; la satire de la guerre froide dans Agents très spéciaux ; la description de la noirceur de l’humanité et de ses dilemmes dans La Quatrième Dimension et Star Trek). Des séries récentes comme Urgences et House, M.D. soulignent sans relâche les dilemmes éthiques et les conflits de pouvoirs suscités par les progrès de la technologie du soin, la surenchère biomédicale, les inégalités d’accès et le rôle des structures et professionnels de santé.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine 22/10/2012 16:29


J'espère que c'était tout à fait un bon lundi.


Passe une douce soirée.

lizagrèce 22/10/2012 13:00


On a pas encore la télé alors tant pis pour les séries et les films du soir !